Pays Basque

EZPELA DANTZA TALDEA

A l’origine, un groupe de jeunes du village d’Espelette animait la période du Carnaval, selon la tradition populaire basque.

Rapidement, ce groupe d’amis eut l’idée de fonder une structure plus élaborée, dans le but de maintenir, d’enseigner et de développer la culture basque, et plus particulièrement la danse. 1969 vit donc naître le groupe d’Art basque EZPELA.

Aujourd’hui, l’association compte plus de 150 adhérents répartis dans diverses structures :

  • Le groupe de danse proprement dit – L’école de danse regroupe une centaine d’élèves.
  • La chorale des enfants a été fondée en 1990. Une cinquantaine de jeunes y apprend divers chants populaires, classiques, basques … avec un grand enthousiasme.

BEGIRALEAK DANTZA TALDEA

Begiraleak, ou  « Begi », est l’une des plus anciennes associations culturelles du Pays Basque nord. Née en 1935, elle adopte le nom de “Begiraleak”, “les mainteneurs”, pour fixer à jamais son but : développer et promouvoir la langue et la culture basques. L’apparition de la danse se fera quelques années plus tard avec pour but de faire connaître les danses basques et de faire ressurgir des manifestations telles que le carnaval labourdin, grâce notamment à Betti Bettelu, maître à danser de Begiraleak dans les années 80. L’association compte aujourd’hui près de 300 membres : chanteurs, musiciens et danseurs de tout âge.

Pour Gauargi, c’est une partie des enfants de Begi qui va présenter le carnaval labourdin, qui fait l’identité du groupe, ainsi que diverses danses d’autres provinces travaillées et acquises durant l’année.

URTSUKO XORIAK

Basé au sein de Mendionde-Lekorne, le groupe de danse basque Urtsuko Xoriak a vu le jour il y a quasiment 4 décennies. Depuis lors, se sont succédées plusieurs générations de danseurs de Mendionde, de Macaye ou des villages alentours.

Cette année encore, une centaine de jeunes, environ 70 enfants et 25 jeunes adultes, se retrouvent chaque semaine pour apprendre et transmettre quelques bases d’un pan de notre culture.

En 2014, une équipe de jeunes motivée fut à l’origine d’une cavalcade qui réunit sur la place

du village plus de 200 personnes, danseurs ou acteurs amateurs de toutes générations.

Par la suite, cet événement a donné un nouveau souffle à Urtsuko Xoriak, s’appuyant alors sur des pas de danses traditionnelles tout en s’ouvrant à de nouveaux horizons avec des créations : cette dualité est encore un des moteurs du groupe.

JEIKADI

La danse basque à Kanbo remonte à 1938 avec l’arrivée de nombreux réfugiés d’hegoalde (pays basque sud). Au vu d’un nombre conséquent d’enfants de réfugiés basques et sous la tutelle de 2 mamans danseuses, un groupe de danse se forma au Patronage.

Mais il fallut attendre 1969 pour voir la création du groupe JEIKADI ; après avoir créé en 1968 l’association « Kanboko ikasleak » dans le but de promouvoir l’enseignement de la langue basque dans les écoles, Mme Larroulet fit donner des cours de danses basques dans les deux écoles de Kanbo. C’est ainsi que Koldo Zabala fut chargé de développer et d’enseigner la danse basque aux jeunes kanboars.

Bien que JEIKADI ait connu des hauts et des bas, ce groupe a toujours su, comme son nom l’indique, trouver la force de « se réveiller ».

Aujourd’hui les cours sont dispensés par Amadeo, l’association accueille des jeunes de 5 à 18 ans, un groupe d’anciens danseurs s’est également formé cette année. Amadeo enseigne avec passion et patience aux jeunes et aux plus anciens les danses issues des 7 provinces basques.

ZIRIKOLATZ

Les danses enseignées au sein du groupe sont puisées dans le répertoire traditionnel des sept provinces du Pays Basque. En effet les enfants peuvent commencer à danser dès l’âge de 7 ans. Ils débuteront avec toutes les danses ‘dites’ jeux (txulalai, San Petrike, Esku dantza…).

Par la suite, au cours de leur apprentissage, ils auront la possibilité,  à raison d’une à deux heures par semaine, d’apprendre des danses issues des différentes provinces.

La diversité du folklore basque se remarque également par la richesse des costumes, la tenue la plus connue étant la traditionnelle ‘jupe rouge’ et le txaleko (boléro) noir. Chaque province a son costume (couleur, forme, parement…) et chaque groupe de danse, dans les villes ou villages apporte sa touche personnelle (galon, un motif…). Le groupe s’efforce de respecter ces codes vestimentaires et d’associer les bonnes tenues aux différentes danses qui sont représentées.

TXISTUK’HAS

Crée en 2014, par 2 professeurs de Txistu d’Iparralde, dans le but de faire rencontrer leurs élèves autour de l’apprentissage et de la pratique du txistu.